La réserve naturelle nationale d'Iroise

Qu’est-ce que la réserve naturelle nationale d’Iroise ?

Les réserves naturelles nationales de France


Parmi les nombreuses mesures existant en France pour protéger les espaces et les espèces, les réserves naturelles constituent un outil de protection fort. Elles sont le témoin de l’incroyable diversité de la nature en France. Les équipes qui les gèrent poursuivent trois missions indissociables :

  • protéger les milieux naturels, ainsi que les espèces animales et végétales et le patrimoine géologique ou même archéologique
  • gérer les sites
  • sensibiliser le grand public aux enjeux de conservation
La Réserve naturelle nationale d'Iroise (RNNI)


La réserve naturelle nationale d’Iroise a été créée par l’État en 1992. Son périmètre initial couvrait le domaine terrestre des îles de Bannec, Balanec et Trielen, ainsi que leurs îlots satellites, sur une superficie d’environ 40 hectares. En septembre 2021, la Réserve a été étendue à l’ensemble des îles et îlots de l’archipel de Molène ainsi qu’à leurs estrans, du domaine terrestre jusqu’aux limites des plus basses mers de vives eaux. Seules les parties terrestres et estrans de l’île Molène et de son Ledenez Vraz, ainsi que les parties terrestres de l’île de Quéménès et de son grand ledenez sont exclues de la réserve.

Cette nouvelle réserve s’étend aujourd’hui sur 1129 hectares, dont 1008 hectares de domaine public maritime.

La gestion de la réserve naturelle nationale d’Iroise est confiée au Parc naturel marin d'Iroise depuis le 1er octobre 2016.

Le décret n°2021-1149 portant extension de la réserve fixe la réglementation applicable dans ce périmètre et encadre les différentes activités qui s’y exercent (chasse, pêche à pied, circulation des personnes, activités sportives et de loisir,…). Un arrêté préfectoral est en cours d’élaboration pour compléter les conditions de circulation sur la réserve étendue.

Pour en savoir plus sur la RNNI, sa gestion, son histoire:

Pourquoi la réserve naturelle nationale d’Iroise a-t-elle été étendue ?

En 2018, le Préfet du Finistère et le Préfet maritime de l’Atlantique ont confié au Parc naturel marin d’Iroise le projet d’extension de la réserve, afin de mieux protéger les espèces et les habitats naturels de l’archipel de Molène.

En effet, la réserve initiale ne prenait pas en compte les espèces et habitats présents sur les estrans. Par ailleurs, de nouvelles pressions s’accroissent, et notamment l’augmentation des activités nautiques et balnéaires dans l’archipel de Molène.

Enfin, ce nouveau statut permet d’unifier une réglementation qui, au cours du temps, était devenue trop complexe.

Quels sont les bénéfices environnementaux ?

L'ensemble des îles et îlots de l’archipel de Molène présentent incontestablement un fort intérêt patrimonial et paysager, reconnu à différents titres.

Exempts de prédateurs terrestres, et relativement préservés de la fréquentation humaine par rapport au littoral continental, l’archipel de Molène est considéré comme une zone refuge pour de nombreuses espèces.

Les îlots de l’archipel constituent un site majeur pour la reproduction des oiseaux marins et limicoles côtiers. Neuf espèces d’oiseaux marins s’y reproduisent annuellement : l'océanite tempête, le puffin des Anglais, le grand cormoran, le cormoran huppé, les goélands argenté, brun et marin, et les sternes naines et pierregarin, ainsi que deux espèces de limicoles côtiers : le grand gravelot et l'huîtrier-pie. Pour certaines de ces espèces, les effectifs atteignent des niveaux d’importance nationale.

L’archipel accueille par ailleurs la première colonie française de phoques gris, avec environ 60% des effectifs nationaux en période de mue. Il est également le deuxième site français en nombre de naissances, avec de 10 à 20 naissances par an.

L’extension de la réserve naturelle permet de prendre en considération les fonctionnalités écologiques de l’ensemble de l'archipel pour les oiseaux et les phoques (sites de reproduction et de repos), mais aussi les enjeux de conservation des habitats naturels, terrestres et marins, et des espèces végétales remarquables.

L’archipel de Molène est un site d’importance nationale pour de nombreuses espèces
La conservatrice de la réserve naturelle nationale d'Iroise présente les espèces fragiles aux les visiteurs

La conservatrice de la réserve naturelle nationale d'Iroise présente les espèces fragiles aux les visiteurs

Virginie Gervois / Office français de la biodiversité

La conservatrice de la réserve naturelle nationale d'Iroise présente les espèces fragiles aux les visiteurs

Virginie Gervois / Office français de la biodiversité

Habitat de l'océanite tempête

Habitat de l'océanite tempête

Hélène Mahéo / Office français de la biodiversité

Habitat de l'océanite tempête

Hélène Mahéo / Office français de la biodiversité

5 poussins grand gravelot entre les pierres

Poussins grand gravelot dans la Réserve naturelle nationale d'Iroise

Hélène Mahéo / Office français de la biodiversité

Poussins grand gravelot dans la Réserve naturelle nationale d'Iroise

Hélène Mahéo / Office français de la biodiversité

 Phoque gris (Halichoerus grypus) sur son reposoir dans l'archipel de Molène

Phoque gris (Halichoerus grypus) sur son reposoir dans l'archipel de Molène

Maxence Guillou / Office français de la biodiversité

Phoque gris (Halichoerus grypus) sur son reposoir dans l'archipel de Molène

Maxence Guillou / Office français de la biodiversité

Un huitrier-pie est en train de couver au milieu des galets

Huitrier pie (Haematopus ostralegus), un robuste échassier, entièrement noir et blanc et au bec long rouge orangé

Mickaël Buanic / Office français de la biodiversité

Huitrier pie (Haematopus ostralegus), un robuste échassier, entièrement noir et blanc et au bec long rouge orangé

Mickaël Buanic / Office français de la biodiversité

Isoète épineux

Isoète épineux

Hélène Mahéo / Office français de la biodiversité

Isoète épineux

Hélène Mahéo / Office français de la biodiversité

Qu'est-ce que la Réserve étendue change pour moi ?

Pour apprécier au mieux les richesses du site et conserver ce patrimoine naturel sans risque de le dégrader, sont notamment interdits :

  • les chiens même tenus en laisse
  • le camping et bivouac
  • les feux
  • la dépose de déchets
  • le survol (y compris drone)
  • la cueillette d’espèces végétales terrestres.

Des missions de surveillance et de police de l’environnement sont menées par les agents du Parc naturel marin d'Iroise et de l’Office français de la biodiversité afin de veiller au bon respect de la réglementation.

Les dernières actualités sur la Réserve naturelle nationale d'Iroise